Wikipédia:Lumière sur

Aller à : navigation, rechercher

Principe

Cette page est consacrée à l’organisation et à la maintenance du cadre Wikipédia:Lumière sur de la page d’accueil de Wikipédia. Celui-ci est rempli par l’appel de la page correspondante, dont le contenu est renouvelé quotidiennement de façon automatique.

Deux principes sont à retenir :

  • Les articles présentés dans les différents cadres sont ceux qui ont d’ores et déjà été promus aux labels « Articles de qualité » et « Bon article ».
  • Il convient d’éviter de mettre plus de 400 mots (200 mots chacun pour les Lumière sur paraissant en duo, typiquement pour les articles promus BA) dans les cadres afin de maintenir l’équilibre des colonnes sur la page d’accueil, où ces cadres sont transclus. Si nécessaire, ajoutez à la fin le code {{Clr}} afin d’éviter que l’éventuelle image ne déborde du cadre.

Aujourd’hui lundi 18 décembre 2017

Répartition des réels en irrationnels, rationnels, algébriques et transcendants.

Un nombre irrationnel est un nombre réel qui n'est pas rationnel, c'est-à-dire qu'il ne peut pas s'écrire sous la forme d'une fraction , où et sont deux entiers relatifs (avec non nul).

On distingue, parmi les nombres irrationnels, deux sous-ensembles complémentaires : les nombres algébriques non rationnels et les nombres transcendants. Les nombres algébriques peuvent s'exprimer comme racine d'un polynôme à coefficients rationnels ; cet ensemble dénombrable inclut tous les nombres rationnels, mais aussi des irrationnels. Un sous-ensemble intermédiaire est celui des nombres constructibles, d'une grande importance historique car liés aux problèmes de construction à la règle et au compas, essentiels à la géométrie de l'époque d'Euclide. Les nombres non algébriques, comme π et e, sont dits transcendants ; ils sont tous irrationnels. Cependant, certains ensembles de nombres irrationnels peuvent aussi regrouper à la fois des nombres algébriques et des nombres transcendants ; c'est par exemple le cas des nombres calculables. On conjecture également qu'il existe des nombres normaux algébriques, et on en connait qui sont transcendants.

Les premiers nombres irrationnels découverts sont les racines carrées des entiers qui ne sont pas des carrés parfaits, entre autres 2, dont l'irrationalité a été établie dans l'Antiquité. Celles de π et de e ont été établies bien plus tard, au XVIIIe siècle ; ce sont les premiers nombres transcendants dont on a prouvé l'irrationalité. Il a de plus été montré au XIXe siècle que presque tous les nombres réels sont irrationnels, et même transcendants. En 2017, on ignore le statut de plusieurs constantes importantes telle que la constante d'Euler-Mascheroni.

Programme du mois

Vendredi 1er décembre 2017

Stand Wakfu à l'E3 2011.

Wakfu (/wak.fʊ/) est un jeu vidéo de rôle en ligne massivement multijoueur (MMORPG) produit, développé et édité principalement par Ankama Games, sorti en 2012 sur Linux, Mac OS et Windows, utilisant la technologie Java. Il est créé en France à Roubaix et constitue le quatrième MMORPG de l'entreprise, après Dofus, Wakfu : Les Gardiens puis Arena. Il n'a pas pour vocation de se substituer à ceux-ci et est développé en parallèle par une équipe spécifique. Le jeu, annoncé en 2006 pour 2008, est finalement sorti en février 2012 après quatre ans de bêta-test et de long développement.

Le scénario met en scène une planète fictive appartenant au monde imaginaire du Krosmoz, qu'on retrouve dans la plupart des créations des studios d'Ankama, où le joueur se déplace avec une vue de dessus en perspective isométrique. Il peut choisir son personnage parmi une vingtaine, chacun possédant des sorts et aptitudes différents, qui peuvent être ensuite complétés par les compétences de quatorze métiers. Un des principes fondamentaux du jeu est l'interaction avec l'environnement. Le joueur se doit d'y faire naître la faune et de s'occuper constamment de la flore, en la plantant et la supprimant. Chaque personnage peut également être le dirigeant de sa nation, après vote et, ainsi, réglementer l'économie de son pays et décider de ses conquêtes militaires.

Wakfu, acclamé par les critiques pour son originalité, sa beauté et ses systèmes innovants, propose également, outre son système de combats au tour par tour, une grande liberté à celui qui parcoure son univers, lui donnant à disposition les quêtes scénaristiques, ayant pour la plupart des cinématiques dans les différentes zones, ainsi qu'une quête principale guidant le joueur du début jusqu'à la fin de son évolution, tout en limitant le plus possible, les personnages non-joueurs « donneurs d'ordre ». Le joueur a également à sa disposition plusieurs espaces personnels qu'il peut modifier à souhait.

Samedi 2 décembre 2017

The Legend of Zelda: A Link to the Past / Four Swords (ou simplement A Link to the Past et Four Swords) est un jeu vidéo d'action-aventure développé par Capcom, en particulier le studio Flagship, sous la supervision de Nintendo et édité par ce dernier sur Game Boy Advance en 2002. C'est la réédition sur portable du jeu A Link to the Past sorti en 1991 sur Super Nintendo et le neuvième jeu de la série The Legend of Zelda. La cartouche comporte un second jeu inédit de l'univers Zelda uniquement multijoueur en réseau local, intitulé The Legend of Zelda: Four Swords.

A Link to the Past se déroule dans un univers d'heroic fantasy affiché en vue de dessus dans lequel le joueur dirige un personnage. Link combat Agahnim, Ganon, puis délivre la princesse Zelda et obtient la Triforce. Depuis sa sortie en 1991, le jeu est considéré comme l'un des meilleurs jeux de la série Zelda et de tous les temps. Ce portage au pixel près ne comporte que de très légères modifications de son gameplay. Le jeu propose un niveau et une quête secondaire supplémentaires, et la bande-son a été remaniée, Link pouvant pousser des cris, repris du jeu d'Ocarina of Time.

The Legend of Zelda: Four Swords adapte en multijoueur le gameplay d'A Link to the Past et reprend les visuels de The Wind Waker. Il propose des mécanismes de jeu oscillant entre coopération et compétition et les déplacements libres laissent place à des enchainements de niveaux générés procéduralement. La princesse Zelda est enlevée par Vaati, qui veut l'épouser. Cependant, Link obtient l'épée de Quatre qui lui permet de se dupliquer en quatre héros et vaincre Vaati.

A Link to the Past / Four Swords est très bien accueilli par la presse spécialisée, qui apprécie la conversion d'un jeu historique, mais aussi le nouveau module multijoueur faisant la part belle entre coopération et compétition dans l'univers d'Hyrule. Le jeu est réédité en 2006 dans la gamme Player's Choice. À l'occasion des 25 ans de la série, un remake de Four Swords est temporairement édité en téléchargement gratuit sous le titre The Legend of Zelda: Four Swords Anniversary Edition, sur Nintendo 3DS, Nintendo DSi et DSi XL fin 2011 jusqu'à début 2012. Le jeu est temporairement réédité gratuitement uniquement aux États-Unis sur les mêmes plates-formes au début de l'année 2014. Ce jeu permet en particulier le jeu en solo en contrôlant deux personnages à la fois.

Premier jeu multijoueur de la série Zelda, Four Swords est le départ d'une série centrée sur le jeu à plusieurs et sur l'épée de Quatre. Il est suivi par Four Swords Adventures en mars 2004 dont il sert même de base et The Minish Cap en novembre 2004, mettant en lumière les évènements se déroulant avant ceux de Four Swords.

Dimanche 3 décembre 2017

Cyclura carinata.

Le Cyclure des îles Turques-et-Caïques (Cyclura carinata), ou Iguane terrestre des îles Turques-et-Caïques, est une espèce de sauriens de la famille des Iguanidae, qui est endémique des îles Turks-et-Caïcos dans les Antilles. Cet iguane de couleur vert à gris brunâtre est l'un des plus petits représentants du genre Cyclura avec une longueur de 770 mm à maturité. Il présente une crête dorsale formée de longues épines. C'est un animal essentiellement herbivore qui se nourrit de feuilles, de fleurs et de fruits, qu'il cueille au sol ou en montant dans les arbres.

Cyclura carinata est un animal poïkilotherme, qui est très actif pendant la saison chaude, lors de laquelle il passe quelques minutes à se réchauffer au soleil avant d'aller s'alimenter. Il est nettement moins actif en hiver, et reste la majeure partie du temps dans son abri, sans réellement hiberner. Les mâles sont territoriaux, et défendent les femelles avec lesquelles ils s'accouplent au mois de mai. Celles-ci pondent entre deux et neuf œufs dans des terriers creusés par leurs soins, dans un substrat meuble et pas trop profond. Les œufs éclosent 90 jours plus tard, et les jeunes iguanes creusent verticalement le sol pour sortir à l'air libre.

Comme les autres espèces d'iguanes, la population de Cyclura carinata est en déclin. Ils sont notamment menacés par la prédation d'animaux introduits sur l'île comme les chats et les chiens, malgré une législation visant à les protéger et des efforts locaux pour réimplanter des populations dans des zones où elles avaient disparu.

Lundi 4 décembre 2017

Dessin de 1904.

Le sanglier de Guilden Morden est une figurine en bronze du VIe ou VIIe siècle représentant un sanglier. Découverte dans une tombe anglo-saxonne à Guilden Morden, dans le Cambridgeshire, elle est léguée au British Museum en 1904 par Herbert Fordham, le fils de son découvreur.

Le sanglier est représenté de manière simplifiée : c'est surtout sa longue crinière qui permet de l'identifier. La forme des pattes avant et arrière suggère qu'il était monté à l'origine sur un autre objet, vraisemblablement un casque. Des casques ornés de figurines de sanglier sont mentionnés à plusieurs reprises dans le poème Beowulf, et deux casques de ce genre ont été retrouvés en Angleterre : ceux de Benty Grange et de Wollaston. Dans la culture germanique, le sanglier est un animal symboliquement important, qui joue un rôle protecteur.

Mardi 5 décembre 2017

Broderie représentant un aigle bicéphale byzantin, accompagné d'une inscription mentionnant un patriarche de Constantinople prénommé Paul (possiblement Paul Paléologue Tagaris).

Paul Paléologue Tagaris (en grec moderne : Παῦλος Παλαιολόγος Τάγαρις), né vers 1320 ou 1340 et mort après 1394, était un moine grec byzantin et un imposteur. Même s'il descendait de la famille Tagaris, Paul prétendait avoir également un lien avec la dynastie des Paléologues qui régnait sur l'Empire byzantin à cette époque. Adolescent, il fuit son mariage et devint moine. Mais ses pratiques frauduleuses l'impliquèrent dans un scandale. Fuyant Constantinople, il voyagea beaucoup, de la Palestine à la Perse et au royaume de Géorgie et, finalement, via l'Ukraine et le royaume de Hongrie, vers le royaume germanique d'Italie, la Grèce latine, le royaume de Chypre et le royaume de France.

Au cours de sa longue et tumultueuse carrière, Tagaris fut nommé évêque orthodoxe. Il vendit des ordinations à des ecclésiastiques en prétendant être le patriarche orthodoxe de Jérusalem, délaissa l'orthodoxie grecque pour le catholicisme romain avant de revenir sur sa décision, soutint à la fois le Saint-Siège et l'antipape d'Avignon durant le grand schisme d'Occident, et intrigua pour être nommé patriarche latin de Constantinople. Enfin, quand ses escroqueries furent démasquées, il retourna à Constantinople, où il se repentit et confessa ses péchés devant un synode en 1394.

Mercredi 6 décembre 2017

Le Air vice-marshal Henry Wrigley en mars 1940.

Henry Neilson Wrigley, né le à Melbourne et mort le dans la même ville, est un haut commandant de la Force aérienne royale australienne (RAAF).

Il compte parmi les membres fondateurs de la RAAF en  et y occupe divers postes d'administrateur au cours des premières années de l'organisation. En , il est promu Group Captain et prend le commandement des bases aériennes Williams de Laverton. Hissé au rang de commodore peu de temps après le début de la Seconde Guerre mondiale, il devient Air Member for Personnel en et prend en charge l'organisation de la Women's Auxiliary Australian Air Force, récemment créée. En , il nomme Clare Stevenson dirigeante de cette nouvelle organisation. Wrigley est également promu Air Officer Commanding au RAAF Overseas Headquarters à Londres à partir de  jusqu'à sa retraite de l'armée en . Il est décoré de l'Ordre de l'Empire britannique, du Distinguished Flying Cross et de l'Air Force Cross. Il décède de mort naturelle en  à l'âge de quatre-vingt-quinze ans. Les écrits racontant ses exploits aériens sont alors recueillis et publiés à titre posthume sous le titre The Decisive Factor, en .

Jeudi 7 décembre 2017

Sonic Highways est le huitième album studio du groupe américain de rock alternatif Foo Fighters, sorti le sur le label RCA Records.

Produit par Butch Vig et enregistré dans huit villes américaines (Austin, Chicago, Los Angeles, Nashville, La Nouvelle-Orléans, New York, Seattle et Washington) avec la participation de musiciens locaux influents, il est accompagné par la diffusion sur HBO d'un documentaire homonyme, lequel raconte les processus d'enregistrements des chansons et d'écritures des paroles, centrées sur l'histoire de ces villes. Il propose aussi l'interview de multiples personnalités locales, comme celles des artistes Dolly Parton, Joe Walsh ou encore Rick Nielsen.

Plutôt favorablement accueilli par la critique, l'album accède à de nombreux podiums de classements de ventes, dont ceux des États-Unis et du Royaume-Uni, ce qui lui permet d'obtenir des certifications dans plusieurs pays ainsi que des nominations pour des récompenses, telles que les Grammy Awards, mais aucun trophée ne vient gratifier le groupe.

Foo Fighters se produit ensuite lors d'une tournée mondiale pour faire la promotion de l'album. Le groupe est ainsi ambassadeur du Record Store Day, au cours duquel il publie le maxi Songs from the Laundry Room, puis clôture la dernière du Late Show with David Letterman. Les membres du groupe sont contraints d'annuler une partie de leur tournée lorsque leur leader Dave Grohl se casse la jambe sur scène à Göteborg en juin 2015. Grohl joue ensuite plusieurs concerts assis sur un trône avec son plâtre, puis la tournée est définitivement arrêtée après les attentats du 13 novembre 2015 en France. Pour « célébrer la vie par la musique », ils sortent dix jours plus tard Saint Cecilia, un maxi initialement prévu pour remercier leurs fans, et annoncent alors une nouvelle pause à durée indéterminée.

Vendredi 8 décembre 2017

Harry, un ami qui vous veut du bien est un film français de suspense réalisé par Dominik Moll, sorti en 2000.

L'histoire commence par la rencontre fortuite de Michel, un jeune père de famille, avec Harry, un de ses anciens camarades de lycée. Celui-ci, très impressionné par les talents littéraires qu'avait Michel au lycée, s'évertue alors à ce qu'il reprenne une activité créatrice. Harry s'insinue progressivement dans la vie de Michel et se met à éliminer toutes les personnes, qui selon lui, peuvent nuire à l'épanouissement de Michel.

Le réalisateur Dominik Moll commence l’écriture du scénario en 1997, d'abord seul puis avec Gilles Marchand. La préproduction débute au premier semestre 1999 et le tournage a lieu au semestre suivant, principalement dans le département du Cantal. La musique du film est composée et dirigée par David Whitaker. Le film est projeté la première fois lors du Festival de Cannes 2000, où il est en compétition pour la Palme d'or puis sort au cinéma l'été suivant et en vidéo en 2001.

Proche du style d'Alfred Hitchcock, le film privilégie la tension plutôt que la violence. Le personnage de Harry est généralement vu comme étant le double négatif ou le « ça » du personnage de Michel. Harry, un ami qui vous veut du bien est un succès à la fois critique et public. Il remporte plusieurs prix, dont quatre Césars, et est sélectionné dans de nombreux festivals internationaux.

Son titre a marqué les esprits et est périodiquement repris et détourné, notamment à la télévision.

Samedi 9 décembre 2017

Son Altesse Royale le prince Charles de Galles, colonel-en-chef du régiment, présentant au régiment son nouveau drapeau consacré en 2009.

The Royal Regiment of Canada, abrégé en RRC ou R Regt R, littéralement « Le Régiment royal du Canada », est un régiment d'infanterie de la Première réserve de l'Armée canadienne composé de trois compagnies. Il fait partie du 32e Groupe-brigade du Canada au sein de la 4e Division du Canada et est stationné à Toronto en Ontario. Il s'agit du plus grand régiment de la Première réserve en termes d'effectif. Le régiment comprend une fanfare qui est la plus ancienne fanfare organisée en service ininterrompu des Forces armées canadiennes.

L'unité a été créée en 1862 sous le nom de « The 10th Battalion Volunteer Militia Rifles, Canada » (« Le 10e Bataillon de fusiliers de la Milice volontaire, Canada »). Elle devint un régiment en 1900 en adoptant le nom de « 10th Regiment "Royal Grenadiers" » (« 10e Régiment "Grenadiers royaux" »). En 1936, le régiment, qui s'appelait alors « The Royal Grenadiers » (« Les Grenadiers royaux »), fusionna avec The Toronto Regiment (« Le Régiment de Toronto »), qui avait été créé en 1920, pour devenir The Royal Regiment of Toronto Grenadiers (« Le Régiment royal des Grenadiers de Toronto »). Il adopta son nom actuel en 1939.

En plus de sa propre histoire et de celle du Toronto Regiment, The Royal Regiment of Canada perpétue l'héritage de six bataillons du Corps expéditionnaire canadien (CEC) de la Première Guerre mondiale, les 3e, 58e, 123e, 124e, 170e et 204e Bataillon, CEC.

Dimanche 10 décembre 2017

Photographie d'identité judiciaire d'O. J. Simpson.

L'affaire O. J. Simpson (officiellement intitulée en anglais : People of the State of California v. Orenthal James Simpson) est une procédure pénale jugée par la Cour supérieure du comté de Los Angeles qui met en cause l'ancien joueur de football américain et acteur d'Hollywood O. J. Simpson, running back talentueux des années 1970. Célèbre, jouissant d'une forte notoriété, charismatique, le joueur est accusé du double meurtre ayant eu lieu le dont les victimes sont Nicole Brown Simpson, son ancienne femme dont il a divorcé deux ans avant le début de l'affaire, et Ronald Goldman, ami de Nicole Brown.

Le procès dure plus d'une année et oppose une accusation menée par Marcia Clark et Christopher Darden à une équipe d'une dizaine d'avocats embauchés par O. J. Simpson pour le défendre. Cette « équipe de rêve » est composée des meilleurs spécialistes dans leur domaine et inclut Johnnie Cochran Jr, Robert Kardashian, Robert Shapiro, Barry Scheck ou encore F. Lee Bailey. Chacun tente de convaincre un jury de douze jurés dont le processus de sélection et l'isolement tout au long du procès suscitent polémiques et incidents.

Dans le tribunal présidé par le juge Lance Ito, les débats se concentrent tour à tour sur l'utilisation de l'ADN, les gants retrouvés sur la scène du crime et au domicile d'O. J. Simpson ou encore le témoignage du policier Mark Fuhrman, personnage-clef du procès. Au cours du procès, l'image parfaite de l'ancien sportif est érodée par la découverte des violences conjugales de la célébrité. Pourtant, l'essai non concluant du gant ensanglanté du meurtrier, les failles de l'enquête policière et les bandes magnétiques de Fuhrman prouvant le racisme latent dans la police de Los Angeles s'accumulent en faveur du défendeur. Après un procès usant, les jurés ne délibèrent que trois heures et demie. Le verdict est annoncé le . Diffusé en direct à la télévision, il attire une audience record : O. J. Simpson est reconnu non coupable pour les deux chefs d'accusation.

L'affaire défraye la chronique dans les années 1990 et est médiatisée comme jamais un cas judiciaire ne l'a été auparavant. Une caméra est présente en continu pour filmer les débats, permettant au public d'être mieux informé que les jurés qui, eux, sont séquestrés pendant de longs mois et sont exclus lors de plusieurs épisodes afin de ne pas être influencés dans leur décision. Dans un contexte de tension raciale, l’ethnicité des jurés relève une importance dans la sélection du jury, la stratégie de la défense tout au long des débats ainsi que le résultat du procès.

Lundi 11 décembre 2017

Vue générale de l'abbaye, depuis la Vienne en amont.

La collégiale Saint-Martin de Candes est une église catholique située à Candes-Saint-Martin dans l'ouest du département français d'Indre-et-Loire, en région Centre-Val de Loire.

Une première église, vouée à saint Maurice, est édifiée par saint Martin dans l'une des premières paroisses tourangelles rurales qu'il a fondées et où il meurt en 397. Elle devient par la suite une église de pèlerinage, même en l'absence de reliques du saint. En 1050, l'église de Candes est mentionnée comme « collégiale » et son chapitre compte douze chanoines.

La vieille église Saint-Maurice étant ruinée, l'actuelle église Saint-Martin de Candes est construite entre 1175 et le milieu du XIIIe siècle. Le chantier s'étale sur plusieurs décennies, durée somme toute modeste au regard de l'importance de l'édifice dont l'architecture est largement inspirée du style gothique de l'Ouest. Elle est caractérisée par un très riche décor sculpté qui orne son transept et sa nef mais, surtout, par un porche monumental ouvert sur le flanc nord de cette dernière. L'adjonction, au XVe siècle après la Guerre de Cent Ans, de dispositifs faisant de cette collégiale l'une des rares églises fortifiées de Touraine, renforce sa singularité. Ceci ne l'empêche pas toutefois de subir de graves dommages pendant les guerres de Religion (en 1562 et 1568). Deux séismes, causant d'importants dégâts à un peu plus d'un siècle d'intervalle (1711 et 1840), imposent des campagnes de réparation et de reconstruction de grande ampleur mais les travaux de restauration engagés dans la seconde moitié du XIXe siècle sont très sévèrement critiqués : certains historiens ont même parlé de « vandalisme ». Elle reste toutefois considérée comme « le deuxième plus bel édifice religieux d'Indre-et-Loire après la cathédrale Saint-Gatien de Tours ». Depuis la Révolution française, Saint-Martin de Candes a perdu son statut de collégiale, même si cette dénomination perdure dans le langage courant ; elle demeure une église paroissiale.

L'étude de cet édifice, de la chronologie de sa construction, de son architecture et de l'interprétation de son décor, particulièrement complexe, est toujours en cours au début du XXIe siècle : les sources écrites sur lesquelles s'appuyer sont rares et les étapes de son édification, imbriquées dans l'espace comme dans le temps, sont difficiles à interpréter. La collégiale, qui reçoit la visite de Prosper Mérimée en 1836, est classée au titre des monuments historiques par la liste de 1840. Plusieurs éléments de son mobilier (maître autel et son tabernacle, statues, tableaux, cloche) sont également protégés.

Mardi 12 décembre 2017

Coureurs de stadion. Amphore panathénaïque à figures noires, vers 500 av. J.-C. Peintre de Cléophradès (Louvre G65).

Eupolémos d'Élis (grec ancien : Εὐπόλεμος ὁ Ἠλεῖος) ou Eupolis d'Élis est un athlète de la Grèce antique originaire de la cité d'Élis. Il remporta plusieurs pentathlons lors des jeux panhelléniques.

Sa victoire au stadion lors des 96e Jeux olympiques, en 396 av. J.-C., lui fut contestée par le deuxième, Léon d'Ambracie, qui remit en cause l'impartialité des juges, d'Élis eux aussi. Ce fait est quasiment unique dans l'histoire olympique antique. Au terme de la procédure d'appel initiée par Léon, les deux juges ayant décidé en faveur d'Eupolémos furent condamnés à verser une amende, mais sa victoire lui resta acquise.

Mercredi 13 décembre 2017

Chapelle de la Vierge et tour Saint-Paul.

L'abbaye Saint-Paul de Cormery est une ancienne abbaye bénédictine située sur la commune de Cormery dans le département d'Indre-et-Loire, en France.

Simple fondation monastique d'Ithier en 791, elle se voit dotée par Alcuin en 800 du statut d'abbaye et adopte la règle de saint Benoît. Elle est dès lors rattachée à l'abbaye de Saint-Martin à Tours et le reste jusqu'à sa fermeture. Malgré des dommages causés par les Normands dans la seconde moitié du IXe siècle, l'abbaye se développe rapidement — et autour d'elle le bourg de Cormery. Au milieu du Moyen Âge, elle compte de nombreuses possessions dans plusieurs provinces françaises et ses bateaux peuvent naviguer librement sur tous les cours d'eau du royaume ; c'est alors l'une des plus puissantes abbayes tourangelles. Elle connaît par la suite des jours plus difficiles : la guerre de Cent Ans, dont elle se relève pourtant, puis les guerres de Religion, dont elle ne se remet jamais complètement. Malgré l'intervention des mauristes à partir de 1662, elle ne retrouve pas son éclat, et c'est une abbaye déjà bien affaiblie que la Révolution française ferme en 1790. Les derniers moines sont dispersés, les bâtiments vendus comme biens nationaux sont détruits ou morcelés puis remaniés.

Au XXIe siècle, il reste toutefois de conséquents vestiges de l'abbaye Saint-Paul de Cormery, dispersés dans un paysage urbain où leur unité première est parfois difficilement identifiable parmi les constructions récentes : la tour Saint-Paul, clocher-porche de l'abbatiale, une chapelle gothique du chœur, le réfectoire en grande partie sauvegardé bien que très remanié et une portion de la galerie du cloître toujours debout. À la périphérie de la clôture monastique, les logis de l'abbé, du prieur et du sacristain demeurent. Par étapes entre 1908 et 1933, tous ces vestiges, à l'exception du logis du sacristain, sont classés ou inscrits au titre des monuments historiques tandis que les chapiteaux des parties préservées figurent à l'inventaire général du patrimoine culturel.

Jeudi 14 décembre 2017

Musidora, version « Tate ».

Musidora ou La Baigneuse est le titre donné à quatre tableaux quasi identiques signés du peintre anglais William Etty à partir de 1843. Le nom complet d'origine est Musidora: The Bather 'At the Doubtful Breeze Alarmed', ce qui peut se traduire par Musidora : la baigneuse alarmée par la caresse du vent. Les tableaux illustrent une scène tirée du poème Summer (L'Été) publié en 1727 par James Thomson dans son ouvrage Les Saisons, scène dans laquelle un jeune homme aperçoit sans le vouloir une jeune femme qui se baigne nue : il est alors partagé entre son désir de la contempler et le besoin moral qu'il éprouve de devoir détourner le regard. La scène connaît du succès auprès de nombreux artistes anglais contemporains de William Etty, car elle constitue l'un des rares bons prétextes pour représenter le nu féminin à une époque qui tend à le censurer.

Les quatre tableaux sont identiques en termes de composition, à part quelques différences de détail dans le paysage à l'arrière-plan. La première version est exposée en 1843 ; elle appartient depuis à des collections privées successives. Deux autres versions font désormais partie de collections publiques : l'une est à la Tate Britain de Londres, l'autre à la Manchester Art Gallery. La première est peinte en 1844 pour être exposée en 1846, et cette même année Etty crée la deuxième version ; on ignore lequel des deux musées abrite la première de ces versions. Il existe enfin en collection privée une quatrième version de nettement moins bonne facture, qui pourrait même être l’œuvre ultérieure d'un copiste.

Musidora reçoit un accueil critique extrêmement favorable dès sa première exposition et beaucoup la considèrent comme l'une des plus grandes toiles produites par un artiste anglais. Toutefois, après la mort d'Etty en 1849, son œuvre passe rapidement au second plan. C'est aussi une époque où le thème de Musidora commence à passer de mode au profit de celui de Lady Godiva ; et à partir des années 1870, ce sont les écrits de Thomson qui tendent à sombrer dans l'oubli. Par conséquent, Musidora n'influence guère d'autres créateurs — à l'exception notable de John Everett Millais pour son Chevalier errant.

La version du Tate Britain fait partie de deux grandes expositions à Londres en 2001-2002 ainsi qu'à York en 2011-2012.

Vendredi 15 décembre 2017

Le prototype du F-20, numéro 82-0062.

Le Northrop F-20 Tigershark (initialement F-5G) est un chasseur léger, conçu sur une initiative et des fonds privés et construit par Northrop. Son développement commence en 1975, comme évolution supplémentaire du Northrop F-5E Tiger II, recevant un nouveau moteur qui améliore considérablement ses performances, ainsi qu'une avionique moderne comprenant un radar puissant et flexible. Comparé au F-5E, le F-20 est plus rapide, il accroît sa capacité de combat air-air grâce au BVR, et il possède une gamme complète de modes air-sol capables de tirer la plupart des armes américaines. Avec ces capacités améliorées, le F-20 devient compétitif avec les modèles de chasseurs de l'époque tel que le General Dynamics F-16 Fighting Falcon, mais est beaucoup moins cher à l'achat et à l'emploi.

La majeure partie du développement du F-20 est réalisée sous un projet du département de la Défense des États-Unis nommé « FX ». Le but du programme est de développer les avions de chasse qui doivent être capables de combattre les derniers avions soviétiques, mais sans utiliser les technologies sensibles de première ligne utilisées par l'United States Air Force ; le FX doit être vendu à l'étranger sans risquer que les progrès technologiques significatifs tombent entre les mains des Soviétiques. C'est un produit des politiques militaires d'export de l'administration Carter. Northrop fonde de grands espoirs pour le marché international ; cependant, les changements politiques à la suite de l'élection de Ronald Reagan amènent le F-20 à devoir rivaliser pour les ventes face à des appareils comme le F-16, le dernier projet d'avion de chasse de l'USAF. Le programme de développement est abandonné en 1986, après que trois prototypes ont été construits et un quatrième partiellement achevé.

Samedi 16 décembre 2017

Un YB-60 vu de face, au premier plan, avec des B-36 en arrière-plan.

Le Convair YB-60 (initialement désigné XB-36G) est un projet de bombardier stratégique à réaction américain, développé au début des années 1950 afin de concurrencer le B-52 de Boeing. Dérivé du B-36 Peacemaker, le YB-60 reprend le fuselage du bombardier à hélices, sur lequel est greffée une voilure en flèche dotée de huit turboréacteurs disposés par paires dans des nacelles sous les ailes. L'avion effectue son premier vol le , mais il n'atteint pas les performances requises et montre rapidement des problèmes. Il ne répond pas aux attentes des militaires et le projet est annulé en , au profit du B-52.

L'YB-60 est conçu pour emporter plus de 32 tonnes de bombes et voler sur une distance de 13 000 km (7 000 NM) ; il est propulsé par huit turboréacteurs Pratt & Whitney J57 de 38 kN de poussée unitaire et sa vitesse maximale est d'environ 820 km/h à une altitude de 12 000 m (39 000 pi). Jusqu'à l'annulation du programme, deux exemplaires sont construits, mais le dernier reste inachevé et ne vole jamais. Au terme du programme d'essais en vol mené par l'avionneur, les bombardiers sont acceptés par l'United States Air Force (USAF), puis envoyés au rebut à l'été 1954.

Dimanche 17 décembre 2017

Le combat de la Shannon et de la Chesapeake par Christoffer Wilhelm Eckersberg (1836).

Le combat de la Shannon et de la Chesapeake, parfois appelé bataille de Boston Harbour, est une bataille navale livrée le , au large de Boston, pendant la guerre anglo-américaine de 1812. Durant ce bref affrontement, plus de 80 hommes sont tués. Il s'agit du seul affrontement de la guerre entre deux frégates de même taille.

La frégate américaine USS Chesapeake (38 canons) commandée par le capitaine James Lawrence quitte le port de Boston pour aller affronter la frégate britannique HMS Shannon (38 canons) du capitaine Philip Broke, qui croise au large. La Chesapeake subit très vite de lourd dégâts : des boulets emportent sa barre et la drisse du hunier de misaine, la rendant impossible à manœuvrer. Le capitaine Lawrence est mortellement blessé et descendu au pont inférieur. L'équipage, malgré le dernier ordre de son capitaine (« N'abandonnez pas le navire ! ») est submergé par l'abordage ennemi. La bataille est particulièrement intense mais de courte durée, durant de 10 à 15 minutes, pendant lesquelles 252 hommes sont tués ou blessés. Le capitaine de la Shannon est grièvement blessé durant l'abordage. La Chesapeake et son équipage sont remorqués à Halifax, en Nouvelle-Écosse, où les marins sont emprisonnés ; le navire est réparé et entre en service dans la Royal Navy. En 1819, il est revendu à Portsmouth, en Angleterre, puis démoli. Certaines de ses poutres sont utilisées pour construire le moulin à eau de Chesapeake Mill à Wickham, qui peut être visité de nos jours. La Shannon est quant à elle revendue pour démolition en 1859.

Lundi 18 décembre 2017

Répartition des réels en irrationnels, rationnels, algébriques et transcendants.

Un nombre irrationnel est un nombre réel qui n'est pas rationnel, c'est-à-dire qu'il ne peut pas s'écrire sous la forme d'une fraction , où et sont deux entiers relatifs (avec non nul).

On distingue, parmi les nombres irrationnels, deux sous-ensembles complémentaires : les nombres algébriques non rationnels et les nombres transcendants. Les nombres algébriques peuvent s'exprimer comme racine d'un polynôme à coefficients rationnels ; cet ensemble dénombrable inclut tous les nombres rationnels, mais aussi des irrationnels. Un sous-ensemble intermédiaire est celui des nombres constructibles, d'une grande importance historique car liés aux problèmes de construction à la règle et au compas, essentiels à la géométrie de l'époque d'Euclide. Les nombres non algébriques, comme π et e, sont dits transcendants ; ils sont tous irrationnels. Cependant, certains ensembles de nombres irrationnels peuvent aussi regrouper à la fois des nombres algébriques et des nombres transcendants ; c'est par exemple le cas des nombres calculables. On conjecture également qu'il existe des nombres normaux algébriques, et on en connait qui sont transcendants.

Les premiers nombres irrationnels découverts sont les racines carrées des entiers qui ne sont pas des carrés parfaits, entre autres 2, dont l'irrationalité a été établie dans l'Antiquité. Celles de π et de e ont été établies bien plus tard, au XVIIIe siècle ; ce sont les premiers nombres transcendants dont on a prouvé l'irrationalité. Il a de plus été montré au XIXe siècle que presque tous les nombres réels sont irrationnels, et même transcendants. En 2017, on ignore le statut de plusieurs constantes importantes telle que la constante d'Euler-Mascheroni.

Mardi 19 décembre 2017

Winesburg-en-Ohio (titre original en anglais : Winesburg, Ohio: A Group of Tales of Ohio Small-Town Life) est un recueil de nouvelles publié en 1919 par l'écrivain américain Sherwood Anderson (1876-1941). L'œuvre est centrée sur le protagoniste, George Willard, que le lecteur suit de son enfance à sa jeune maturité, alors qu'il est prêt à quitter Winesburg pour Cleveland.

Winesburg est un lieu imaginaire — sans rapport avec la ville du même nom, elle aussi située dans l'Ohio — mais en partie fondé sur les souvenirs d'enfance qu'Anderson a gardés de Clyde (Ohio). Écrits principalement de la fin de 1915 au début de 1916, les récits, dont certains ont été terminés peu avant leur publication, sont complémentaires à la fois les uns des autres et solidaires d'un tout, tous concernant la même communauté.

Le recueil comprend vingt-deux nouvelles, la première, Le livre du grotesque (The Book of the Grotesque), servant d'introduction. Presque toutes se focalisent sur un personnage dont la vie n'est qu'une longue lutte pour échapper à sa solitude et à l'isolement qui pèse sur la ville. Winesburg-en-Ohio se préoccupe plus des arcanes psychologiques que de l'intrigue — quasi inexistante — et est écrit en une prose neutre, proche du parler de tous les jours. À ce titre, il est représentatif du courant expressionniste de la littérature américaine.

Malgré quelques réserves quant à sa moralité et un mode de narration non conventionnel, le recueil reçoit l'éloge de la critique dès sa parution. Sa réputation décline au cours des années 1930, mais il est ensuite réévalué au point d'être aujourd'hui considéré comme l'un des portraits les plus convaincants jamais présentés d'une bourgade au cœur des États-Unis à l'ère pré-industrielle.

En 1998, la Modern Library classe Winesburg-en-Ohio au 24e rang des cent meilleurs romans en anglais du XXe siècle.

Mercredi 20 décembre 2017

Dans ce diagramme de Feynman, un électron et un positron s'annihilent en produisant un photon virtuel (en bleu) qui devient une paire quark-antiquark, puis l'antiquark émet un gluon (en vert) ; le temps va de gauche à droite.

En physique théorique, un diagramme de Feynman est une représentation graphique d'équations mathématiques particulières décrivant les interactions des particules subatomiques dans le cadre de la théorie quantique des champs. Cet outil a été inventé par le physicien américain Richard Feynman à la fin des années 1940, alors qu’il était en poste à l’université Cornell, pour réaliser ses calculs de diffusion des particules.

Les interactions entre particules subatomiques nécessitent des calculs complexes, difficiles à appréhender intuitivement. Les diagrammes de Feynman fournissent un système de visualisation simple pour manipuler ces formules. Ce système a révolutionné toute la physique théorique, puis il a été utilisé en physique appliquée.

Les calculs d'amplitudes de probabilité sont réalisés grâce à des intégrales complexes utilisant un grand nombre de variables. Ces intégrales spécifiques présentent une structure régulière qui permet de les représenter sous forme d'ensembles de diagrammes.

Un diagramme de Feynman représente la contribution du parcours d'une classe de particules qui se joignent puis se séparent dans ce diagramme. Techniquement, c'est la représentation graphique d'un terme mathématique dans une série perturbative.

Malgré leur aspect, les diagrammes de Feynman ne figurent pas des événements physiques. Les seuls éléments réels sont les particules entrantes et sortantes du graphe, et non les interactions décrites par le diagramme.

Jeudi 21 décembre 2017

Statue à la Medgar Evers Boulevard Library de Jackson.

Medgar Wiley Evers, né le à Decatur et mort assassiné le à Jackson, est un militant noir américain, défenseur des droits de l'homme et membre de la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP). Actif dans son Mississippi natal, il œuvre à renverser la ségrégation mise en place à l'université du Mississippi en promouvant la justice sociale et le droit de vote. Il est assassiné par un suprémaciste blanc membre du Ku Klux Klan (KKK).

Ancien combattant de la Seconde Guerre mondiale et diplômé de l'université d'État Alcorn, il milite dans le mouvement afro-américain des droits civiques dans les années 1950. Il devient secrétaire de terrain pour la NAACP. À la suite à la décision de la Cour suprême des États-Unis dans l'arrêt Brown v. Board of Education en 1954, reconnaissant l'inconstitutionnalité des écoles publiques ségréguées, Evers demande l'accès pour les Afro-Américains à l'université du Mississippi, financée par l'État. Il s'engage également pour le droit de vote et l'inscription sur les listes électorales, les opportunités économiques, l'accès aux installations publiques et d'autres changements clés dans la société américaine ségréguée de l'époque.

Evers est assassiné par Byron De La Beckwith, membre des Citizens' Councils, un réseau formé en 1954 pour résister à l'intégration raciale dans l'éducation. En tant qu'ancien combattant, Evers est enterré avec les honneurs militaires au cimetière national d'Arlington. Son meurtre et les procès qui en ont résulté ont provoqué de nombreuses manifestations de protestation, et inspiré de nombreuses œuvres d'art, de musique et de cinéma. Alors que des jurys intégralement composés de personnes blanches ne sont pas parvenus à des verdicts dans les deux premiers procès de Beckwith, celui-ci est finalement condamné dans un nouveau procès en 1994 — plus de trente années après le meurtre —, sur la base de nouvelles preuves.

Myrlie Evers, veuve du militant, est devenue une militante à part entière, en tant que présidente de la NAACP. Son frère Charles Evers devient en 1969 le premier maire afro-américain élu au Mississippi depuis la Reconstruction lorsqu'il remporte l'élection à Fayette.

Vendredi 22 décembre 2017

Luca Signorelli, Annonciation, fin du xve siècle, Pinacothèque de Volterra.

L'Annonciation est un thème couramment représenté dans les arts visuels depuis les premiers siècles du christianisme jusqu'à nos jours. Les œuvres qui lui sont consacrées décrivent l'épisode de l'Annonciation au cours duquel l'ange Gabriel annonce à Marie qu'elle sera mère du Christ. Fréquent en Orient chrétien comme dans l'Europe occidentale, présent occasionnellement dans le monde islamique, ce thème a connu des évolutions importantes lui permettant de développer une riche iconographie.

Les artistes ont représenté chacune des étapes de l'Annonciation décrites par l'Évangile selon Luc comme par certains textes apocryphes. Un ange apparaît à Marie, surprise, et lui explique qu'elle concevra le Seigneur non pas avec un homme, mais par l'action du Saint-Esprit. Marie exprime son acceptation et le Christ est alors incarné en elle.

Dès l'époque paléochrétienne, dont héritent les mondes byzantin et orthodoxe puis le Moyen Âge latin, la Vierge apparaît assise sur un haut siège ou debout dans un cadre architectural, l'ange arrivant devant elle pour apporter son message. L'Occident, à partir du XIVe et surtout au XVe siècle, multiplie les modes de représentation. L'Annonciation sert en particulier de terrain d'expérimentation pour les techniques de perspective. Le cadre, parfois très intime à cette époque, devient de plus en plus spectaculaire au XVIe siècle sous l'influence du concile de Trente.

L'Annonciation est le support de nombreux thèmes iconographiques chrétiens. Les attitudes respectives de Marie et de l'ange expriment la vision des artistes et de leur époque sur la modestie de la Vierge face à l'envoyé du ciel, ou au contraire sur son statut mystique de reine. La représentation de l'Incarnation, mystère essentiel du christianisme, pousse les artistes à recourir à des symboles dont l'étude nourrit l'histoire de l'art jusqu'à nos jours. Enfin, dépassant le cadre strict de l'entrevue entre les deux personnages, les artistes mettent l'Annonciation en parallèle à des épisodes de l'Ancien Testament ou s'appuient sur des textes autres que l'Évangile pour montrer ce qui précède ou suit l'événement décrit par Luc.

Samedi 23 décembre 2017

Signature de Brueghel l'Ancien sur La Grande Tour de Babel.

L’œuvre peint de Pieter Brueghel l'Ancien est constitué de 47 tableaux répertoriés comme étant de sa main, auxquels s'ajoute un nombre indéterminé d'œuvres qui ont été perdues. Plusieurs tableaux jadis attribués à Brueghel l'Ancien s'avèrent être des copies réalisées par son fils, Pieter Brueghel le Jeune, ou bien l'œuvre d'autres artistes, comme Jean Fouquet ou Joos de Momper ; certains n'ont pas pu être attribués.

Dimanche 24 décembre 2017

Logo de la série Les Sims utilisé depuis mai 2013.

Les Sims (The Sims en anglais, SimPeople au Japon) est un jeu vidéo de simulation de vie en 3D isométrique uniquement jouable en solo, développé par le studio Maxis sous la direction de Will Wright et édité par Electronic Arts le 4 février 2000 sur PC (Windows) et le 25 juillet 2000 sur Mac OS X. En 2003, il est adapté sur PlayStation 3, la Xbox et le GameCube, et intègre dans ces versions une perspective entièrement en trois dimensions.

Dans Les Sims, le joueur peut créer une ville et des personnages, fonder une famille, trouver un travail, et gérer leur vie. Le jeu n'a pas de fin précise, et une partie ne se termine que si toute la famille gérée par le joueur meurt. Les Sims a été l'un des premiers jeux de simulation de vie.

Le développement du jeu commence en 1997 sous la direction de Will Wright. Ni Maxis, ni EA Games ne croient à ce projet au départ, mais Wright parvient tout de même à publier Les Sims. Contrairement à toutes les attentes des éditeurs, Les Sims devient en 2001 le jeu le plus vendu de l'histoire devant Myst et garde ce titre jusqu'en 2003. Il reçoit également plusieurs titres de jeu de l'année et récompenses.

Plusieurs extensions sont prévues dès le développement du jeu, puis commercialisées pendant les années qui suivent. En 2010, la franchise Les Sims s'est écoulée à plus de 125 millions d'exemplaires, ce qui en fait la franchise la plus vendue de l'histoire sur PC. Face au succès du jeu et de ses extensions, Les Sims est le point de départ d'une série prolifique composée de nombreuses suites, adaptations et jeux dérivés.

Lundi 25 décembre 2017

J. K. Rowling à la Maison-Blanche, en 2010.

Joanne Rowling, connue sous les pseudonymes de J. K. Rowling et Robert Galbraith, est une romancière et scénariste britannique née le dans l’agglomération de Yate, dans le Gloucestershire, en Angleterre. Elle doit sa notoriété mondiale à la série Harry Potter, dont les romans traduits en près de quatre-vingts langues ont été vendus à plus de 450 millions d'exemplaires dans le monde.

Issue d’une famille modeste, elle a écrit sa première « histoire » à l'âge de six ans. Après des études à l'université d'Exeter ainsi qu'à la Sorbonne où elle a obtenu un diplôme en littérature française et en philologie, elle a travaillé un temps au sein d'Amnesty International, puis a enseigné l'anglais et le français. C'est à vingt-cinq ans qu'elle a bâti les premiers concepts et institutions de son univers sorcier, dans lequel un enfant orphelin découvrait à la fois son héritage tragique et ses talents de magicien. Elle a rédigé son premier roman, L'École des sorciers, dans un contexte de précarité et de dépression et a dû attendre plus d'un an avant sa publication en 1997 chez Bloomsbury.

Acclamée par ses lecteurs de tous âges et par la critique, J. K. Rowling a remporté de nombreux prix littéraires, notamment les prix Hugo, Locus et Bram Stoker, ainsi que les insignes de chevalier de la Légion d'honneur en 2009. Elle est réputée pour aborder des idées et des thèmes profonds avec accessibilité et humour, et s'attacher régulièrement à des personnages placés en marge de la société. Time Magazine l'a élue vice-championne du titre de la Personnalité de l'année en 2007, relevant l'inspiration sociale, morale et politique qu'elle aurait insufflé à ses fans. En octobre 2010, elle a également été nommée « Femme la plus influente de Grande-Bretagne » par les principaux éditeurs de magazines.

Le succès planétaire de son heptalogie romanesque, des films adaptés ainsi que des travaux dérivés de Harry Potter lui ont permis d'acquérir une fortune considérable, dont une partie est régulièrement reversée à de nombreuses associations caritatives luttant contre la maladie et les inégalités sociales. J. K. Rowling est devenue une philanthrope reconnue en cofondant notamment l'association Lumos qui œuvre pour la protection de l'enfance.

Elle se tourne vers un public adulte à partir de 2012 en publiant le roman social Une place à prendre, puis en entamant une série policière l'année suivante, sous un second nom de plume. Elle devient également scénariste pour le cinéma à partir de 2016 en étendant son univers sorcier à travers une série de films dont Les Animaux fantastiques, au succès international, est l'œuvre inaugurale.

Mardi 26 décembre 2017

Le château de Pau et vue générale.

Pau (prononcé [ˈpo] en français et [ˈpaw] Prononciation du titre dans sa version originale Écouter en béarnais) est une commune du Sud-Ouest de la France, préfecture du département des Pyrénées-Atlantiques en région Nouvelle-Aquitaine.

La ville est située au cœur de l'ancien État souverain du Béarn, dont elle est la capitale depuis 1464. Bordée par le gave de Pau, la cité est éloignée de 100 km de l'océan Atlantique et de 50 km de l'Espagne. Cette position lui offre un panorama remarquable sur la chaîne des Pyrénées ainsi que sur les coteaux de Jurançon ; l'appellation des Horizons palois vise à protéger cette vue en particulier depuis le boulevard des Pyrénées.

Les données archéologiques permettent de supposer que le site est habité au moins depuis l'époque gallo-romaine. Néanmoins, il faut attendre la première moitié du XIIe siècle pour trouver les premières évocations de Pau en tant que cité. La ville tient son origine de la construction de son château, autour du XIe siècle par les souverains du Béarn, pour protéger le gué qui est alors un point stratégique pour accéder aux Pyrénées. La ville pourrait tirer son nom de la palissade (pau en béarnais) qui fixait les limites du château primitif. Le village qui se construit autour du château profite de sa position stratégique ainsi que de la protection des souverains du Béarn pour se développer au cours des siècles suivants.

La ville et son château prennent une nouvelle dimension en devenant le siège du royaume de Navarre au XVIe siècle. Pau devient un centre politique et intellectuel de premier plan sous le règne d'Henri et Marguerite de Navarre. L'histoire de Pau est durablement marquée par la naissance de leur petit-fils, né Henri de Bourbon, le dans leur château. Il accède au trône de France en 1589 sous le titre d'Henri IV. L'image de la cité est, depuis, largement associée à celle de ce monarque rendu célèbre pour sa lutte contre les guerres de Religion, mais aussi par sa mort violente. Avec la fin de l'indépendance béarnaise en 1620, Pau perd de son influence mais reste à la tête d'une province largement autonome jusqu'à la Révolution. C'est au cours du XVIIIe siècle que naît un autre Palois célèbre : Jean-Baptiste Bernadotte devient maréchal d'Empire puis roi de Suède et de Norvège de 1818 à sa mort en 1844.

La Belle Époque marque un nouvel essor pour la capitale béarnaise avec l'afflux de riches touristes étrangers (britanniques mais aussi russes, espagnols et américains) ; ceux-ci viennent y passer l'hiver pour profiter des bienfaits du climat palois décrit par le médecin écossais Alexander Taylor. Pau se transforme avec la construction de nombreuses villas et palaces pour accueillir ces hivernants, la ville se dote aussi de tous les éléments de modernité nécessaires à leur confort : bains, casino et funiculaire. À cette même période, Pau devient l'une des capitales mondiales de l'aéronautique naissante sous l'influence des frères Wright, les têtes couronnées s'y pressent pour observer les vols de la première école de pilotage organisée au monde…

Mercredi 27 décembre 2017

La violence dans l'autisme est davantage reçue par les personnes autistes qu'exprimée par elles. La supposition d'un lien entre l'autisme et les comportements violents est fréquente parmi l'opinion publique, mais aucune donnée scientifique n'établit de causalité du trouble du spectre de l'autisme dans une prédisposition à la délinquance ou aux crimes. Le taux de criminalité et de délinquance global est vraisemblablement plus bas parmi la communauté autiste que dans la population générale, bien que certains actes ciblés tels que les agressions sexuelles et les incendies volontaires puissent être plus fréquents. La violence manifestée par des personnes autistes résulte généralement d'hypersensibilités sensorielles et d'ignorance des conséquences de leurs actes, dues à des difficultés d'empathie et de compréhension des codes sociaux, plutôt que d'une volonté de commettre un acte violent, délictueux ou criminel. Les troubles associés, tels que le trouble du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité, semblent impliqués dans les comportements violents plutôt que l'autisme seul. Le psychiatre irlandais Michael Fitzgerald a postulé l'existence d'une sous-population spécifique portée sur la violence, associant autisme et psychopathie, hypothèse qui n'a pas été scientifiquement confirmée.

Cette idée d'association entre autisme et violence concerne tout particulièrement des personnes diagnostiquées avec un syndrome d'Asperger, dont les actes ont été popularisés par des articles de presse écrite concernant des tueries de masse, en particulier Adam Lanza et Anders Behring Breivik. Les médias mentionnent aussi des troubles du spectre de l'autisme chez des tueurs en série et des cybercriminels. Les études du profil psychologique des tueurs de masse mettent en avant des intrications entre traits psychologiques classiquement associés aux prédispositions à la violence, tels que le trouble de la personnalité narcissique et le trouble de la personnalité antisociale, l'autisme pouvant être un facteur « aggravant », mais non la cause unique de ces violences.

Il existe une nette intrication entre violence reçue et violence exprimée. Le phénomène social de capacitisme crée un biais dans la perception des personnes autistes, de nombreux comportements étant interprétés comme dangereux par leur entourage, tandis que la violence reçue par ces mêmes personnes est normalisée, donc invisibilisée. L'idée erronée selon laquelle les personnes autistes seraient violentes et dangereuses par nature est source d'exclusion sociale, et donc de dénis de droits pour cette population, souvent victime d'internements sans consentement et d'erreurs judiciaires.

Jeudi 28 décembre 2017

Portrait d'O. G. S. Crawford en 1912.

Osbert Guy Stanhope Crawford, né le et mort le , plus connu sous le nom d'O. G. S. Crawford, est un archéologue britannique spécialisé dans l'étude de la préhistoire de la Grande-Bretagne et de l'archéologie du Soudan. Travaillant la majeure partie de sa carrière en tant qu'officier archéologique de l'Ordnance Survey (OS), il écrit une série d'ouvrages sur des sujets archéologiques et est un fervent partisan de l'archéologie aérienne.

O. G. S. Crawford est né à Bombay en Inde Britannique, d'une famille écossaise bourgeoise. Enfant, il vit en Angleterre et est élevé par ses tantes à Londres ainsi que dans le Hampshire. Il étudie la géographie au Keble College à Oxford et travaille brièvement dans ce domaine avant de se consacrer professionnellement à l'archéologie. Employé par le philanthrope Henry Wellcome, Crawford supervise les fouilles d'Abou Geili au Soudan avant de retourner en Angleterre peu de temps avant la Première Guerre mondiale. Pendant le conflit, il sert au sein du London Scottish Regiment et du Royal Flying Corps, où il participe à la reconnaissance terrestre et aérienne le long du front de l'Ouest. Après une blessure qui le contraint à une convalescence en Angleterre, il retourne sur le front, où il est capturé par l'armée allemande en 1918 et détenu comme prisonnier de guerre jusqu'à la fin du conflit.

En 1920, il est employé par l'Ordnance Survey. À ce poste, il fait le tour de la Grande-Bretagne pour localiser les sites archéologiques dans le paysage, ce qui lui permet d'identifier plusieurs sites inconnus auparavant. De plus en plus intéressé par l'archéologie aérienne, il obtient des photographies aériennes produites par la Royal Air Force, et identifie l'étendue de l'Avenue de Stonehenge, qu'il fouille en 1923. Avec l'archéologue Alexander Keiller, il mène une étude aérienne sur de nombreux comtés du sud de l'Angleterre et collecte des fonds pour sécuriser les terres autour de Stonehenge pour le National Trust. En 1927, il crée la revue scientifique Antiquity, qui recueille des contributions de nombreux archéologues parmi les plus éminents de Grande-Bretagne et, en 1939, il accède à la présidence de The Prehistoric Society. Internationaliste et socialiste, il est influencé par le marxisme et devient un temps sympathisant soviétique. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il travaille avec les Archives historiques de l'Angleterre, photographiant Southampton pour constituer un fonds documentaire. Après sa retraite en 1946, il se concentre à nouveau sur l'archéologie soudanaise et écrit plusieurs livres avant sa mort.

Ses amis et collègues se souviennent de lui comme d'un individu acariâtre et irritable. Ses contributions à l'archéologie britannique, y compris dans Antiquity et l'archéologie aérienne, sont largement saluées ; certains l'ont qualifié d'une des grandes figures pionnières dans le domaine. Ses archives photographiques restent utiles aux archéologues jusqu'au XXIe siècle. Kitty Hauser publie une biographie de Crawford en 2008.

Vendredi 29 décembre 2017

L'article qui doit apparaître ici n'a pas encore été sélectionné.

Samedi 30 décembre 2017

L'article qui doit apparaître ici n'a pas encore été sélectionné.

Dimanche 31 décembre 2017

L'article qui doit apparaître ici n'a pas encore été sélectionné.

The article is a derivative under the Creative Commons Attribution-ShareAlike License. A link to the original article can be found here and attribution parties here. By using this site, you agree to the Terms of Use. Gpedia Ⓡ is a registered trademark of the Cyberajah Pty Ltd.